+33 7 62 15 69 87

 

   

 

Moi..

 

avec mes chevaux

 

Si votre cheval a des raideurs, boiteries, s’il a des nœuds musculaires, ne marche pas dans le tact, rechigne à se plier, se fléchir, engager ses postérieurs, tendre son dos, s’il a un tonus musculaire très élevé, bouge pendant que vous désirez le seller ou le sangler, ou encore s´il a un comportement étrange, etc …. à ce moment-là je pourrais vous venir en aide et intervenir sur votre cheval.

 

Les « Fascia » ont une importance fondamentale dans le corps équin, mais aussi chez les humains. En effet le fonctionnement global du corps dépend d’eux.

Très souvent les chevaux ont des contractures musculaires, les plus sujets à cela sont les chevaux de sport, de compétition, de course, de CSO, d’endurance, etc.

Les traumatismes surviennent pour la plupart après des accidents, des chutes, lors de transports ou encore lors de blessures musculaires. Ils collent les fascias des muscles, les empêchant ainsi de fonctionner correctement. Ces traumatismes sont ensuite enregistrés dans la mémoire cellulaire des muscles endommagés et y détériorent l’afflux sanguin, la respiration cellulaire et le système lymphatique. La conséquence est un blocage locomoteur pouvant induire une boiterie à la suite ou encore la boiterie elle-même !

 

 

Caractéristiques et vertus de la thérapie fascia :

 

  • Soutient musculaire (muscles striés fondamentaux pour porter un cavalier) et protège les muscles lisses assurant les fonctions vitales

  • Régulation du réseau locomoteur (intensité des contractions musculaires)

  • Adaptions

  • Amélioration la souplesse et aide le cheval à amortir les coups

  • Régulation de la circulation sanguine et lymphatique, action sur la répartition du plasma

  • Proprioception

  • Renforcement du réseau de communication interne du cheval, de son système immunitaire et respiratoire

  • Favorise la connexion et la complicité entre le cheval et son cavalier

  • Actions biomécaniques et hydrodynamiques

  • Cicatrisation de plaies ou de blessures

  • Rééquilibrage énergétique

  • Coordination

  • Maintien de l’intégrité structurale (charpente du cheval)

 

La fascia

Un fascia est une membrane fibro-élastique qui recouvre ou enveloppe une structure anatomique. Il est composé de tissu conjonctif très riche en fibres de collagène. Ils sont connus pour être des structures passives de transmission des contraintes générées par l'activité musculaire ou des forces extérieures au corps.

Il a également été montré qu'ils sont capables de se contracter et d'avoir une influence sur la dynamique musculaire et que leur innervation sensitive participait à la proprioception et à la nociception.

Historique

Fascia signifie « bandelette ». Ce terme apparait en 1816 quand Bichat publie le Traité des membranes. Dans son introduction, il constate : « les membranes n'ont point été jusqu'ici un objet particulier de recherche pour les anatomistes ». En 1858, Gray propose la définition suivante du fascia : « une masse de tissu conjonctif assez importante, visible à l'œil nu et dont les fibres sont entrelacées ».


   

Définition

Terme très hétérogène, lame de tissu conjonctif, dissécable macroscopiquement.

On peut distinguer:

  • le fascia superficiel (ou tissu sous-cutané), qui constitue la couche profonde de la peau

  • le fascia profond, une lame fibreuse sur laquelle repose le fascia superficiel et qui sépare les muscles superficiels du tissu sous-cutané

  • les fascias internes, qui comblent les espaces entre divers organes

  • les fascias viscéraux, qui correspondent à la tunique externe de certains viscères, sur les surfaces non recouvertes de séreuse.

Le fascia superficiel et les fascias internes sont constitués de tissu conjonctif lâche, tandis que le fascia profond et les fascia viscéraux sont composés de tissu conjonctif dense.

On peut également distinguer le fascia musculaire, qui est une formation de tissu conjonctif dense entourant un muscle, et qui est au contact de l'épimysium.

De manière plus restrictive, le terme fascia peut désigner uniquement la membrane de tissu conjonctif fibreux qui sépare les plans tégumentaires des plans profonds d'un segment du corps. Il s'agit du fascia profond; il porte le nom de la partie du corps concernée, un exemple étant le fascia brachial.

Formation

Les fascias sont issus d’un même feuillet embryonnaire: le mésoderme.

Pathologie

  • Le fascia peut s’inflammer, entraînant une fasciite.

  • Hypothèse est faite que les fascia pourraient présenter des contractures.

 

Classifications

Tête

Membres supérieurs

 Membres inférieurs

Dos

Abdomen

Médecine alternative

Depuis les quatre derniers congrès sur le fascia "fascia research congress" (ostéopathie), le fascia est défini comme le composant tissulaire mou du système tissulaire conjonctif qui imprègne le corps humain. Il comprend les aponévroses, les ligaments, les tendons, le rétinaculum (présent dans le ganglions lymphatiques, la rate, la moelle osseuse, le foie et les reins), les capsules articulaires, les membranes vasculaires, les membranes organiques, les méninges, le périoste, les fibres intra et inter musculaires du myofascia.